L'origine du projet



Que pouvons-nous faire pour contribuer à la transition socio-écologique ?


Nous sommes un petit groupe de citoyens engagés dans une association porteuse d'un projet d'innovation humaine et sociale, en Bourgogne (France). Après avoir créé une école démocratique pour des enfant de 3 à 19 ans, nous nous sommes donnés comme objectif de développer des formations pour adultes et des interventions auprès des organisations... car les défis auxquels l'humanité fait face ne peuvent attendre l'arrivée d'une génération d'adultes ayant bénéficié d'une scolarité différente. L'ensemble des générations sont concernées.

La transition, c'est maintenant !

  • Cela suppose d'apprendre en faisant, car par définition, ce processus de transition des sociétés humaines dans le monde entier n'a pas encore eu lieu...
  • Nous pouvons nous appuyer sur des outils et des méthodes qui ont fait leurs preuves... à condition de les croiser, de rester ouverts à l'évolution et à l'adaptation de ces pratiques.
  • Avoir une vision claire des enjeux et des priorités est indispensable pour se sentir utile, enthousiaste, plutôt que perdu et découragé.


Quelle est notre part ?


La conversation ci-dessous résume l'évolution de la réflexion de notre équipe sur plusieurs semaines :

- Eh ! J'ai une idée de nom pour notre centre de formation : "université de la transition".
- Waouw, quel projet ! Ça fait envie.
- C'est un peu mégalo, non ? Partager tous les savoirs nécessaire pour la transition, dans tous les domaines ?
- Bon, je regarde sur Google si quelqu'un a déjà eu l'idée. Tiens : le projet de l'université Colibris de la transition !
- Ok, il faudrait se rallier à eux alors...
- Sûrement se mettre en lien, mais ce mouvement a ses limites, comme toute organisation : on ne peut attendre d'eux de tout coordonner...
- Oui, leurs moyens sont aussi limités. Et le chantier est tellement énorme !
- En plus, la transition sera forcément internationale, interculturelle,...
- Surtout qu'il existe pleins d'organisations qui œuvrent déjà dans ce sens, chacune à leur manière, sur un coin de la planète. Mais rassembler tout le monde dans un projet commun d'université, avec des cours, des cursus, ça me donne des boutons, rien qu'y penser...
- Au fond, c'est peut-être un projet qui ne peut être organisé... enfin, à la manière habituelle, c'est-à-dire centralisée. Et pourtant, cela paraît vraiment nécessaire, et rapidement ! Alors comment faire ?
- Ça me fait penser au mouvement des logiciels libres. C'est un concept que tout le monde peut s'approprier pour créer ou contribuer à un projet qui l'intéresse et lui paraît utile. Personne ne coordonne le développement de tous ces logiciels, portés par des communautés d'utilisateurs et de développeurs, et pourtant ils rivalisent aujourd'hui avec les plus grandes entreprises du secteur.
- Oui, leur force, c'est l'ouverture, l'initiative et la coopération. Exactement ce dont nous avons besoin pour la transition.
- A la base, le concept de "logiciel libre" est clairement défini, sinon n'importe qui pourrait dire que son logiciel est "libre" juste pour sa pub.
- Alors formulons des principes pour le concept "université de la transition" : juste le minimum nécessaire pour nommer ce à quoi nous voulons participer dans des conditions "saines".
- Allez, c'est parti, on pourrait appeler ça "le manifeste de l'université de la transition" !
- Génial, et en plus ce manifeste pourrait être lui-même évolutif à travers des processus d'intelligence collective !!
- Trop cool, quand la version 1.0 sera prête, on la publie sur un site wiki.

On y est !


La suite est à inventer avec vous.